Ode à la vie. Non, vous n’êtes pas seuls sur la route…


Article modifié en mai 2017

Avez-vous déjà croisé la mort d’un peu trop près ? Vraiment trop près ? C’est ce qui m’est arrivé mardi 20 décembre 2016, à 8h et quelques du matin, alors que je prenais l’autoroute pour me rendre à mon avant-dernier jour de travail qui a bien failli être mon dernier jour sur Terre tout court…. Ce jour-là, ma vie a failli basculer à cause d’un sombre idiot qui s’est cru seul sur la route.

••

On se dit toujours que ça n’arrive qu’aux autres… jusqu’à ce que ça nous arrive et je vais vous expliquer ça de manière plus courte que l’article original. Ce matin-là, un problème au péage nous bloque pendant 30 minutes. Quand la situation se débloque, la circulation est bien entendu très chargée. Je suis le dernier véhicule d’une file d’environ 5/6 véhicules doublant un camion.Tout se passe très bien et en une fraction de seconde tout bascule.

••

Derrière le poids lourds, le conducteur, visiblement trop pressé pour rester quelques instants à 90km/h, décide de doubler ce dernier sans prendre conscience de la file de véhicule se trouvant sur la gauche et roulant à une vitesse bien plus élevée. Alors surpris, tout le monde freine le plus fort possible pour éviter d’éventuelles collisions même si nos distances de sécurité sont correctes. Mon véhicule arrive assez proche de la berline qui me précéde et je souffle de soulagement… jusqu’à ce que je regarde dans mon rétro…


La vérité, c’est qu’un véhicule m’arrive dessus à grande vitesse et, lui aussi surpris, n’a pas vu à temps que nous étions quasi tous à l’arrêt à la fin de la file. Je réalise que la collision semble inévitable tellement la distance de freinage entre nous est insuffisante. Il s’est probablement passé quelques secondes à peine entre tout cet enchaînement mais pourtant cette fraction de secondes vous semble des minutes qui durent une éternité lorsque vous attendez l’impact. Je me revois restant figée, regardant dans mon rétro les yeux exorbités d’horreur, le coeur en arrêt et la respiration en apnée.


C’est impressionnant le nombre de choses auxquelles vous pouvez penser en une fraction de seconde dans un moment pareil entre autres : « Putain alors c’est comme ça que je vais crever ? Broyée dans ma petite 206, entre une berline noire et un utilitaire de fonction sur une autoroute à à peine 25 ans !? Je ne peux pas mourir comme ça et maintenant, à quelques jours de Noël. » Et puis vous pensez à vos proches, à ce que vous n’avez pas eu le temps de faire, à ce que vous regrettez. Vous vous demandez si ça va faire mal, si ça va être long, non vous préférez mourir sur-le-champ, peut-être allez-vous survivre, oui mais dans quel état, … Oui vous pensez vraiment à beaucoup de choses et dans tous les sens….

••

Et puis, il y a un miracle, votre bonne étoile, votre ange gardien, appelez ça comme vous voudrez. Je ne sais toujours pas comment cela a été possible mais un espace vide s’est libéré sur la voie de droite surchargée. Probablement ont-ils tous freiné. Voyant qu’il allait me percuter de plein fouet, le conducteur s’est lui-même mis en danger en donnant un coup de volant vers la droite, le déportant de travers à quelques petits cm de mon aile droite, me laissant vraiment incrédule et sous le choc. Cette personne, aussi anonyme soit-elle, aura pour toujours ma reconnaissance. Merci de m’avoir permis d’écrire aujourd’hui du bonheur d’être en vie.

••

Ce moment m’a provoqué des insomnies pendant trois bonnes semaines et les images me hantent encore 5 mois plus tard. Ce jour-là, j’ai réalisé que je devais vraiment avoir une très bonne étoile qui veille sur moi mais m’a également fait extrêmement réfléchir. Désormais, je vivrai ma vie à fond en vivant mes rêves et rien ni personne ne m’en empêchera car vraiment la vie peut parfois être très courte.

••

S’il vous plaît, vous n’êtes pas seuls sur la route. Ca n’arrive malheureusement pas qu’aux autres. Deux traits de distance de sécurité et un angle mort peuvent vraiment vous sauver la vie. Pensez-y s’il vous plait. Il y a des gens qui aimeraient ne pas mourir de vos erreurs….


Laëtitia

Vous aimerez aussi :

2 commentaires

    1. Je te remercie ! J’ai vu que tu m’avais laissé un petit mot aussi sur Hellocoton, je vais aller te répondre de ce pas ;)
      A bientôt,
      xoxo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>